banniere musique

Otu Bala

Otu Bala

Mes premiers contacts au chant remontent à mon enfance à Akono, une petite ville de campagne située au sud est de Yaoundé. J'avais à peine 6 ans, en 1985, quand ma grand mère "Mama Ké" nous racontait des chantefables. Ca se passait sous un arbre à la tombée de la nuit, autour d'un feu de bois ou d'une lampe tempête. Pendant ces moments, mes cousins et moi devions attentivement écouter "Mama Ké" afin de lui donner les répliques adaptées à son chant. Nous aimions ce moment qui était dédié à une distraction. Pour nous, une chose bien rare. C'est ainsi que je chantais de toutes mes forces en choeur avec les autres enfants. Aujourd'hui encore, il m'arrive de fredonner ces chantefables. C'est cependant vers 13 ans que j'ai découvert le reggae, à tout hasard. Ma mère, ayant acquis une radio cassette écoutais régulièrement "No woman no cry" et "Red red wine". Ces chansons semblaient me mettre en transe et me plongaient, je ne sais comment, dans l'univers mélancolique et prodigieux des chantefables. Ma relation au reggae s'est faite comme ça.

lien internet

Valid XHTML 1.0 Strict   - Péniche Demoiselle 2016
Infos/Réservation contact@peniche-demoiselle.com
Infos/Contacts : 07 69 12 18 38